mardi 19 mars 2019

Mes émotions et moi : Le Regret



Depuis un bon moment maintenant je travaille sur mon bien-être, depuis quelques mois sur mes émotions décuplées, je les découvre de jour en jour (un autre sujet pour plus tard).

Aujourd’hui j’ai envie de parler de nos émotions, en particulier d’une que j’ai rencontré récemment :

Le Regret

Plusieurs événements m’ont fait réfléchir. Peut-on vivre avec des regrets ?

Je suis plutôt du genre à vivre au présent, ne pas penser au futur et surtout ne pas regarder en arrière sauf pour les souvenirs heureux ! 
Positive Vibes…



Mais en me posant un peut, en y réfléchissant j’ai des regrets, des choses que je ne pourrais pas changer, c’est trop tard !

Avant je me disais : « il ne faut pas avoir de regret ». Vivre avec ce n’est pas très positif, ça finira par me bouffer.

Deux solutions :

- Me morfondre et ressasser le passé, avoir les boules, les glandes, les crottes de nez qui pendent !!!

- Décortiquer ces regrets. 
Les identifier clairement, 
savoir pourquoi j’ai fait ce choix à ce moment là, 
comprendre les choses, 
ne pas m’en vouloir des décisions prises à un moment précis,
les accepter, 
les dompter…

Puis vivre avec… En fait ils font parti de moi, de mon histoire, de qui je suis aujourd’hui.

Mais pourtant ils sont bel et bien là, autant les apprivoiser et positiver, si à ce moment là nous avons fait tels ou tels choix c’est que ça devait être comme ça ! 
Et si la vie ne nous a pas laissé le choix et bien c’est que ça devait être comme ça !

Etre en paix avec sois même, il est là le secret !

Fifi

vendredi 25 janvier 2019

Quand la fatigue s'en mêle...

Voici ma nouvelle écrite pour le prix littérature "écrire au féminin" du site auféminin.com

Le thème : Elle a fait un bébé toute seule

Je suis super fière de moi d'avoir été au bout de ce défi !



Quand la fatigue s’en mêle.

Fin de sa journée de travail, il est tard, il fait nuit. A cause du temps pluvieux la route lui à parue longue Elle est épuisée.

Jo cherche ses clés au fond de son sac.
 «  Toujours trop grands ces sacs ».

Elle finit par les trouver, dans la poche de sa veste. Elle est trempée…

Elle entre, dépose ces affaires. Enlève ses chaussures pour enfiler ces superbes et surtout élégants chaussons licorne.

Jo se prépare une tisane très chaude, elle l’a bien mérité.
Elle s’affale dans son canapé, sa tasse bouillante entre les jambes et le courrier ramassé dans la boite aux lettres à la main.

Elle pose sa nuque sur l’appui-tête, elle est si bien. Elle se sent comme sur un tas de plume blanche et chaude qui virevolterait autour d’elle.

D’un coup elle sent des tiraillements au niveau du ventre, comme pour la ramener à la réalité.

Jo pose ces mains sur son abdomen, elle le sent, il est là ! Son petit, son tout petit bout d’elle-même, ils ne font qu’un. Mais pour combien de temps encore ?

Jo ne pouvait pas avoir d’enfant, lui avait certifié trois spécialistes différents. Son couple n’a pas survécu à cette fatalité. Depuis le travail occupe tout son temps.

Jo, c’est moi, Josette. Encore une folie de mon étoile, ma mère partie trop tôt. Ma maman, cette femme douce, gentille et généreuse mais originale comme personne. Un brin de folie dans une boule d’amour. Elle aurait été une grand-mère décalée et complètement géniale. Je pense beaucoup à elle en ce moment, j’aurai vraiment besoin d’elle.
Je sais qu’elle veille sur moi.

-         « Oh un petit coup de pied, mon bébé tu seras footballeuse, ça c’est sûr ! Nous irons voir les matches au stade avec tonton. Il est super ton oncle, un vrai papa poule, il prend tant soin de nous. »

Les mains sur mon ventre je peux deviner chacun de tes membres. J’imagine ton nez, tes lèvres, tes petites oreilles. Je ressens cet amour qui grandit chaque jour entre nous. Du ventre jusque dans mon cœur.

Mon corps entier est rempli d’amour pour toi avant même notre rencontre officielle.

-         « Mais que t’arrive t’il ma petite puce ? Tu n’es pas bien ? Tu t’énerves ? Tu te fais sentir là, tu bouges beaucoup. Ou se sont des douleurs ? Mon cœur s’accélère, je commence à m’inquiéter. Je sens les larmes rouler sur mes joues, comme le signe d’un mauvais pressentiment.
-         Oh Non ! Que ce passe t’il ? »

Quelque chose de tiède coule le long de mes cuisses…

Les larmes ne s’arrêtent plus. Je dois me calmer en respirant profondément, pour réussir à ouvrir les yeux.

Je constate ma tasse de tisane renversé sur mon pantalon.

Les mains sur mon ventre ne ressentent rien. Mes doigts appuient, glissent, bougent, ils ne perçoivent que mon ventre plat comme une planche !

Mes larmes reprennent de plus belle, ce n’est pas pour cette fois.

Jo endormie, a fait un bébé toute seule, elle y a cru l’espace d’un instant. Ce rêve lui a paru si vrai, elle continuera à rêver même éveillée ! Pour y croire encore…


Firma